Arrêter sa dépendance à l’alcool.

0
76

L’alcoolisme constitue un  trouble neurobiologique assez fréquent et le nombre de victime ne cesse de s’accroître au cours des dernières années. Plusieurs facteurs sont en cause, tels que les troubles psychiques, les problèmes sociaux, la recherche du plaisir et l’ hérédité. Cette dépendance à l’alcool s’accompagne souvent d’autres formes d’addictions. Elle entraîne de nombreuses conséquences sur la vie personnelle, sociale et professionnelle. Ainsi, il est indispensable d’y solutionner.

Comment dépister une dépendance à l’alcool ?

L’alcoolisme se traduit par une dépendance à l’alcool. Autrement dit, la personne assujettie ne peut plus s’empêcher de boire à une certaine fréquence de sa journée. Son organisme étant accoutumé à l’absorption d’alcool présente des troubles physiologiques en cas d’absence de consommation. Plusieurs symptômes de manque commencent alors à se ressentir. On peut constater chez le sujet du stress, de la fatigue, de l’anxiété, de la violence, de l’épilepsie, des problèmes cardiaques, entre autres.

Comment se sortir de cette addiction à l’alcool ?

À l’instar des autres formes d’addictions, l’alcoolisme peut très bien se soigner. Plusieurs médicaments sont d’ailleurs commercialisés pour remédier à ce problème. D’autres sont encore en phase de recherche. Il est recommandé de consulter un professionnel avant de consommer ces substances. Vous pourrez trouver un médecin spécialiste sur nostress pour vous accompagner tout au long de votre sevrage. En attendant, voici quelques conseils pour vous aider à avancer :

La prise de conscience

Pour pouvoir se libérer de son addiction, il est important que le sujet accepte son existence. Parfois, il prend lui-même conscience de son auto-destruction à cause de l’alcool et souhaite s’en débarrasser. C’est à ce moment qu’il pourra alors demander de l’aide extérieur pour l’aider à venir à bout de son problème. Si toutefois il n’arrive pas encore à voir les choses en face, son entourage peut intervenir en lui rappelant quelques évènements graves résultant de sa consommation excessive d’alcool. Ceci étant, sans le culpabiliser ou le démoraliser.

Diminuer sa consommation d’alcool

Bien que la plupart des médecins préconisent la solution radicale, c’est-à-dire l’arrêt totale de la consommation, il arrive que cette alternative s’avère difficile pour nombreux patients. Chacun ne peut pas forcément arrêter de boire du jour au lendemain. C’est pourquoi, on peut commencer par réduire progressivement la fréquence de consommation et la quantité d’alcool qu’on absorbe. Ainsi, l’organisme s’apprête à consommer de moins en moins d’alcool, jusqu’à ce qu’il ne ressente plus le besoin irrépressible d’en absorber.

 

S’abstenir complètement à l’alcool

Le sevrage est la meilleure option pour arriver à s’abstenir complètement à l’alcool. Cette alternative nécessite l’accompagnement d’un professionnel, en raison des conséquences qu’elle peut avoir sur la santé physique et psychique. Celui-ci peut alors proposer un suivi de près de l’état du sujet et lui prescrire des médicaments et des thérapies adéquats en fonction de ses diagnostics. Il peut également orienter le patient vers une autre solution : celle de séjourner dans un centre spécialisé. Celui-ci bénéficiera d’un suivi physique et psychologique approfondi pour lui apporter une solution sur-mesure à son problème d’addiction. Après le sevrage, le sujet pourra retrouver une vie normale sans consommation d’alcool sur une longue durée.

Commentez via Facebook